• Favoris
Fil d'ariane

Projets fil rouge de l'INP-ENSIACET : un travail en équipe tout au long de la formation

Présentation du projet Ciproflox'A7 axé sur la pédagogie

Dernière modification le : 19/03/2014 - 11:34

Logo du projet Ciproflox'A7

Zoom sur le projet Ciproflox'A7 d'élèves-ingénieurs intervenus auprès d'une classe du lycée Bellevue de Toulouse... pour des séances axées sur la science et la pédagogie.

Un projet continu pluridisciplinaire

L'équipe Ciproflox'A7 et leur tutriceLes projets « fil rouge » sont des projets réalisés par des étudiants de l’ENSIACET sur une durée de quatre semestres. Les points essentiels de ces projets sont : l’interdisciplinarité, l’autonomie et le travail en équipe entre des élèves de différentes filières.

Le projet Ciproflox’A7 est le travail d’une équipe de 7 élèves ENSIACET de 3ème année : Laure, Camille, Jean-Baptiste, Yue, Mélanie, Aymeric et Virginie, avec l’aide de la tutrice du projet : Madame Dechy-Cabaret.

Le projet porte sur le thème de "La synthèse d’un principe actif de médicament : la ciprofloxacine".

La pédagogie au cœur du projet

Objectif : faire découvrir les sciences de l'ingénieur aux lycéens de Bellevue

Après un premier semestre organisé autour de recherches bibliographiques dans différentes disciplines et la détermination des objectifs et de la cible de leur projet, leur travail s’est concentré sur l’intervention avec la classe de CPES-Viasup du lycée Bellevue de Toulouse.
Les étudiants ont pris l’initiative de partager leurs connaissances avec une classe et leur choix s’est porté sur la CPES de Bellevue. En effet ses élèves sont  en période de transition entre le lycée et une école d’ingénieur ou une prépa, et ce partenariat entre les étudiants de l’ENSIACET et la terminale CPES durait depuis deux ans déjà.
L’objectif était de pouvoir transmettre des compétences et des connaissances scientifiques dans ces disciplines au travers d’un livret pédagogique et de séances de travaux pratiques pour familiariser les élèves aux techniques de manipulations.

Des séances de travaux pratiques à l'ENSIACET

Les terminales CPES de Bellevue ont été conviés à 4 séances autour du projet.

Présentation et prévention

Présentation des règles de sécuritéLa première séance était axée sur la présentation du projet, le déroulement des recherches bibliographiques et des règles de sécurité à suivre en laboratoire pour les préparer aux séances de travaux pratiques.

Chimie organique et biologie

La deuxième séance consistait en deux travaux pratiques :

  • Un TP de Chimie organique intitulé "Étude d’une réaction de saponification" : il consistait à la mise en route d’une réaction de saponification. Les élèves ont lancé leur propre réaction (une paillasse par binôme). L’objectif de cette séance était de présenter aux élèves diverses techniques utilisées en synthèse organique ainsi que de les sensibiliLycéens manipulant lors d'un séance de travaux pratiquesser au suivi cinétique de la réaction (suivi de la concentration en ester et acide carboxylique).
  • Un TP de Biologie intitulé "Évaluation de l’activité d’un antibiotique" : il était question de faire un antibiogramme avec la ciprofloxacine. Quatre souches bactériennes ont été testées. De plus, pour une souche bactérienne donnée, la concentration minimale inhibitrice a été évaluée de façon qualitative.

 Chimie analytique et génie des procédés

Cette séance dans la continuité de la précédente, a conduit les élèves à participer à deux nouveaux travaux pratiques.

  • Présentation des procédés de chimie fineUn TP de Chimie analytique intitulé "Outils analytiques et suivi cinétique". Dans un premier temps, un professeur a présenté le matériel du laboratoire et a apporté quelques notions théoriques sur l’infrarouge aux lycéens. Ensuite, l'objectif était d'utiliser leur réaction de saponification qu'ils avaient faites lors de la dernière séance, afin de contrôler sa pureté et son rendement, grâce à la RMN et à la spectroscopie infrarouge.
  • Un TP de Génie des procédés, nommé "Découverte des Procédés de Chimie fine" a permis aux lycéens d’étudier deux installations à l'échelle pilote : une tour d'atomisation et un réacteur batch avec une distillation réactive qui sont des installations que l’on peut retrouver dans le domaine de l’industrie pharmaceutique.

Pour finir, on inverse les rôles !

Le projet Ciproflox’A7 s'est terminé avec les lycéens le mercredi 15 janvier 2014. Ceux-ci ont présenté à l’oral un de leur TP afin d’être jugé par leurs camarades et les étudiants de l'ENSIACET. Un apprentissage éclairant sur l’art et la manière de bien présenter des travaux scientifiques !

Bilan positif : les lycéens conquis et les élèves-ingénieurs soulagés

L'avis des lycéens : une expérience enrichissante pour passer de la théorie à la pratique

Présentation du projet Ciproflox'A7A la fin de ces séances de travaux pratiques, c’est l’heure du bilan. Les lycéens sont unanimes pour dire que cette expérience a été très enrichissante.
La relation entre lycéens et étudiants a été un atout majeur, une vraie proximité s'est établie entre les deux groupes. Les élèves n’hésitaient pas à leur poser des questions, à la fois sur les travaux auxquels ils assistaient, mais aussi sur leur parcours d’études ou leurs ambitions pour l’avenir.
Ils ont découvert une nouvelle manière d’appréhender les sciences, différente des cours traditionnels qu’ils ont au lycée. Les séances à l’ENSIACET se déroulaient dans la convivialité et les explications des étudiants étaient très complètes et compréhensibles.
Les manipulations : un des points forts de ces séances. Les élèves ont pu prendre part à la préparation de certains procédés. C’est le cas de Nicolas, pour qui le moment préféré de ces séances a été la manipulation de la « machine à poudre » (la tour d’atomisation).
Mais au-delà de leur apporter de nouvelles connaissances, ce projet a fait réfléchir les lycéens sur leurs perspectives d’avenir. Ils ont pu concrétiser sur le terrain les connaissances apprises en cours.

« Le fait de voir tous ces gros appareils qu’ils utilisent dans le laboratoire, cela change des petites manipulations que l’on voit en classe. On peut voir à quoi sert ce que l’on apprend en cours une fois dans la vraie vie. Ces séances nous ont permis d’établir un véritable lien entre nos cours et la réalité. »
Clémence, intéressée par la partie Génie des procédés

L'avis des élèves-ingénieurs : un projet enrichissant à tous points de vue

Les étudiants de troisième année sont soulagés de voir que ces séances se sont bien déroulées. En effet, elles représentaient l’aboutissement d’un projet commencé deux ans plus tôt. Il leur a fallu beaucoup de travail pour organiser les travaux pratiques, les matières et les compétences à mettre en avant pour chaque séance, le tout en totale autonomie. Mais ils ont énormément appris de par cette expérience, que ce soit au niveau de l’organisation, de la mise en place des TP, mais aussi sur la pédagogie.

Aymeric, membre du projet, et le livret pédagogique« Même si nous étions en quelque sorte les professeurs durant ces séances, je pense que c'est nous les étudiants qui en avons le plus appris ! »
Aymeric, membre du projet Ciproflox'A7

Et après ?

Le contact entre les étudiants et les élèves de terminale CPES s’est si bien déroulé, que le directeur de leur classe leur a suggéré de venir leur faire l’aide au devoir une fois par semaine. Une relation forte s’est créée entre ces deux groupes de jeunes qui perdure au-delà même du projet Fil Rouge...

Réagir à cet article

*Champ obligatoire

Agenda